5.4 C
Munich

Valeur Du Dollar En Euro

Doit Lire

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a annoncé un relèvement de 25 points de base des taux d’intérêt en juillet, avant une nouvelle hausse en septembre. Car l’establishment craint qu’une hausse trop brutale des taux ne plonge l’économie européenne en récession. Les raisons de cette baisse de l’euro face au dollar sont donc multiples. Toute la planète économique fait confiance au greenback plus qu’à toute monnaie.

valeur du dollar en euro

Le risque d’une monnaie faible est pour autant de tomber dans le cercle vicieux de la monnaie faible. En effet, nos biens sont relativement moins chers mais en retour les biens que nous importons sont plus chers, nos prix internes augmentent en conséquence ce qui dégrade le solde industrial et cela conduit à nouvelle dépréciation, et ainsi le mécanisme se réitère. Comme on l’a dit la croissance est plus faible dans la zone euro qu’en Europe et le taux de chômage y est plus fort, on peut le voir dans ce graphique de l’OCDE qui retrace l’évolution conjointe du taux de chômage en zone euro (courbe rouge) et aux Etats-Unis (courbe bleue).

Journal Sur La Finance & L’économie

La devise européenne a aussi été soutenue par la réouverture économique de la Chine, souligne Deutsche Bank, automotive l’euro reste une monnaie “pro-cyclique”. Les conséquences de la dépréciation de l’euro face au dollar dépendent de l’effet qui l’emporte sur l’autre. D’ailleurs, les pays de la zone euro ne seront probablement pas tous affectés de la même manière en raison des disparités de leurs structures économiques.

valeur du dollar en euro

Car, a crontrario, pour les entreprises exportatrices, la chute de l’euro est une aubaine. Une dépréciation de l’euro de 10% devrait entraîner selon les économistes une hausse des exportations vers les pays étrangers de 7 à 8%. Depuis le 5 décembre 2002, date à laquelle l’euro est passé au dessus du dollar, la parité a toujours été favorable à la monnaie européenne. Depuis le début de l’année, le billet vert met à mal l’ensemble des principales devises du monde entier, à de très rares exceptions près. L’indice dollar DXY, qui mesure l’évolution de la devise d’outre-Atlantique face à un panier de devises, progresse de plus de 16% sur l’ensemble de 2022. Cette incertitude s’est renforcée après que Gazprom a entamé lundi, 10 jours de travaux de maintenance des deux gazoducs Nord Stream 1, qui acheminent une grande quantité de son gaz livré encore à l’Allemagne ainsi qu’à plusieurs autres pays de l’Ouest de l’Europe.

Pouvoir D’achat Et Consommation En Baisse

Comme on l’a vu le dollar a une drive structurelle par rapport à l’euro du fait de son statut de monnaie de référence. Mais il y a des raisons plus économiques et conjoncturelles qui expliquent cette chute. Pour répondre à cette query, il faut se rapporter aux théories des déterminants du taux de change. Celle de Mundell et Fleming (1962) considère l’état de la balance des transactions courantes. Ci-dessus un tableau de l’Eurostat qui montre l’évolution du taux de change de l’euro par rapport aux principales devises. “La tendance à lengthy terme est claire depuis un moment”, note James Richard Sproule, analyste chez Handelsbanken, qui rappelle que le price range britannique “qui sera annoncé le 17 novembre sera crucial pour déterminer l’ampleur et la durée de la récession”.

L’or, autre valeur refuge, gagnait 1,67% à 1.922,50 dollars l’as soon as, et voyait son prix en euro grimper de 2,72% à 1.822,40 euros, un sommet depuis avril 2022. La valeur du dollar est soutenue par la politique monétaire de la banque centrale américaine, la Fed. Pour contenir l’inflation aux Etats-Unis, celle-ci remonte ses taux d’intérêt.

Très dépendante des approvisionnements russes, la Hongrie a vu le forint tomber au plus bas niveau de son histoire par rapport au dollar, à 411 forints pour un dollar. “L’épée de Damoclès suspendue au-dessus de l’Europe est partie pour rester là”, prévient Kit Juckes, analyste chez Société générale à l’AFP. La monnaie européenne est passée lundi 22 août sous le seuil de la parité avec le dollar. L’euro a perdu zero,84%, passant à 0,9951 greenback, un niveau plus vu depuis l’année de sa mise en circulation en 2002.

Assurément, la parité euro/dollar bénéficie à tous les secteurs d’activité qui exportent. En France, cela concerne tout particulièrement les industries du luxe, l’aéronautique ou encore les vins et spiritueux. Une baisse de 10 centimes de l’euro rapporterait, par exemple, 1 milliard d’euros supplémentaire dans les caisses d’Airbus chaque année. Ce qui perd en revanche, c’est tout le secteur de l’importation, surtout celui qui se négocie en dollar, comme le gaz ou le pétrole… Le grand perdant est le pouvoir d’achat des ménages automobile le recul de l’euro par rapport au greenback renforce un peu plus l’inflation. L’euro évolue ainsi à des plus haut depuis avril 2022, dans les semaines qui ont suivi l’éclatement de la guerre en Ukraine.

valeur du dollar en euro

Pourtant, si à l’intérieur de ce chiffre on ne prend que l’énergie, cela représente une hausse de 33% des prix. Malgré les boucliers tarifaires et les remises à la pompe, ce chiffre est considérable. Le problème risque donc de s’amplifier puisque la moitié des matières premières que nous importons, et singulièrement le pétrole, nous les payons en dollars. Il nous faut donc de plus en plus d’euros pour acheter le même baril de Brent à a hundred dollars.

  • Souvenez-vous il y a quelques années de ce phénomène où des voyageurs rapportaient à leurs amis des iPhones (et autres objets technologiques ou tout simplement onéreux).
  • Une inflation moins forte que prévu pousse les investisseurs à tabler sur des hausses moins marquées des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed).
  • Mais le cabinet de conseil économique Asterès rappelle qu’entre 2016 et 2019, la Fed avait déjà procédé à plusieurs hausses de taux alors que les taux directeurs en zone euro étaient restés à 0 %, sans que cela ne se traduise par une dépréciation forte de l’euro.
  • Pour répondre à cette question, il faut se rapporter aux théories des déterminants du taux de change.
  • La hausse de la devise américaine a l’avantage de contenir les prix des importations de la première économie au monde et donc de soutenir la lutte de la Fed contre l’inflation.
  • Au vu de l’évolution du taux de change entre l’euro et le greenback, c’est bien la forte remontée des taux directeurs de la FED à la mi-juin 2022 qui a précipité la parité euro-dollar.

Ainsi, le secteur du luxe, qui « peut se permettre de répercuter des coûts supplémentaires sur ses purchasers » selon le spécialiste, devrait tirer revenue de la baisse de l’euro. Enfin, des ressortissants étrangers comme les Américains, les Qataris ou les Jordaniens pourraient voir leur pouvoir d’achat augmenter. Avec la chute du cours de l’euro par rapport au dollar depuis quelques mois, la monnaie européenne retombe à son niveau le plus bas depuis 20 ans. D’autant que la dernière réunion de la BCE, mi-décembre, a constitué un électrochoc. Sa présidente, Christine Lagarde, a alors clairement fait savoir aux investisseurs que le marché ne tablait pas sur des hausses des taux suffisamment élevées pour que l’inflation revienne sous les 2% dans la zone euro dans un horizon acceptable. Ce qui a amené bon nombre d’intermédiaires financiers à relever leurs prévisions de “taux terminal”, c’est-à-dire le taux que la BCE va atteindre au terme de ce cycle de hausses.

Dans la situation d’inflation que nous vivons actuellement, il est fort possible que les hausses de taux continuent dans les prochains mois. La question est donc de savoir si les taux directeurs de la BCE vont rattraper ou dépasser les taux de la FED, ce qui pourrait éventuellement être en faveur d’un retour de l’Euro fort face au Dollar US. Or, depuis le début de l’année, dans un contexte de forte inflation au niveau mondial,les banques centrales ont augmenté leurs taux directeurs, alors que ces derniers étaient descendus autour de 0 %pendant la crise du Covid.. Tout d’abord, le marché a retrouvé au cours des derniers mois un appétit pour le risque qui a plombé le dollar, considéré comme une valeur refuge face aux incertitudes économiques.

valeur du dollar en euro

Deux facteurs qui expliquent la surperformance du dollar qui est passé de 1,14 dollars pour 1 euro le 1er janvier 2022 à 1,06 aujourd’hui en passant sous la parité entre septembre et octobre. « Nous continuons de voguer vers la fin de l’année et les investisseurs manquent d’éléments auxquels s’accrocher pour donner une path aux marchés », résume Craig Erlam, analyste à Oanda. « Rien de saillant ne détermine les cours, l’euro s’est un peu raffermi mais sans passer de seuil », indiquait pour sa half Brad Bechtel, spécialiste du marché des adjustments pour Jefferies. Il notait toutefois la bonne tenue du yen à 133,01 yens pour un greenback (+1,10%) alors que la Banque du Japon est intervenue, selon lui, pour soutenir son contrôle des rendements des obligations publiques japonaises à dix ans. La semaine dernière, la BoJ avait porté à zero,5% le plafond de ces rendements qu’elle tolère, contre 0,25% auparavant.

Dernier Article