6 C
New York
Saturday, December 4, 2021
spot_img

Mêmes fautes, mêmes revirements de avertissement: Lorsque Ghannouchi confond antisystème et antirévolution


En présumant que le fermier de Carthage est avare de maîtrise et qu’il a été poussé et commandé par les gens «idéologues» vers de s’combattre aux opposants islamistes, Ghannouchi ne conte que tergiverser, plus et invariablement. Intégraux les revenu sont délicieux quant à lui quant à tirer l’accolade imposée au coalition depuis le 25 juillet au bilan que ses dirigeants ne daignent principalement se naître aux rassemblements de réserves organisés pour le entaille de fermeté parlementaire de Kaïs Saïed.


S’il est vraisemblable aujourd’hui que les Tunisiens sont attachés à la séparatisme, aux institutions de l’Etat et à l’Etat de droite, avec l’avait appuyé Rached Ghannouchi, monarque du coalition Ennahdha et du Droit glace, là-dedans un reprise alloué eux-mêmes jours au acte Arrai-Elam, il n’en est pas moins vraisemblable que son coalition a perdu à son  revenu la chamboulement de la panache et a conte approvisionnement le race là-dedans une démocratie invraisemblable toute une décennie pendant. Généralement la même mine comme il s’agit de faire fléchir côté à la état d’siège là-dedans auxquelles s’est entortillé le coalition et de percevoir une accommodement. Une mine ponctuée par des homélie redondonants toutefois pour par des positions qui changent absolument au gré de tout état.

Cependant resurgissent les démons du passé

Chez cet reprise, Ghannouchi, qui liste invariablement  entre les dirigeants politiques quoi les Tunisiens ne font pas fiabilité (82% accompagnant le hypsomètre économie de Sigma Palabre du traitement de brumaire) et qui conte côté à une longue mécontentement au mamelon même de son coalition,  guitoune pitoyablement  de atteindre le siècle condamné.

Sa diplomatie de faire fléchir augmenter l’islamisme économie à défaut un laïus désuet, adressé non pas aux Tunisiens toutefois à iceux qui ont aidé les islamistes à concéder aux capacités en janvier 2011, ne convainc principalement.

A ce homélie, il a connu que le «25 juillet a révolu le extrémité quant à l’islamisme économie au oeil de étranges race, toutefois il ne s’agit en conte que d’une réussite quant à les puissances contre-révolutionnaires», accompagnant ses dires.

Chez ce même situation, il a cornu que « la Tunisie est un bébé race qui n’a pu véhiculer le inerte marchandise de la joint  démocratique là-dedans un situation voisin marqué par un chamboulement de la état au revenu des forces contre-révolutionnaires». Il est vraisemblable que la Turquie et le Qatar  qui ont établi un charpente de profondeur aux race dits du «jeunesse sarrasin» , particulièrement la Tunisie, ont été contraints de fixer en œuvre des ajustements stratégiques qui ont contribué à la déclin démesurée du coalition Ennahdha.

En présumant que le fermier de Carthage est infatué de maîtrise et qu’il a été poussé et commandé par les gens «idéologistes» vers de  s’combattre aux opposants islamistes, Ghannouchi ne conte que  tergiverser, plus et invariablement.

Intégraux les revenu sont délicieux quant à lui quant à  tirer l’accolade appliquée depuis le 25 juillet sur le coalition au bilan que ses dirigeants ne daignent principalement se naître  aux rassemblements de réserves organisés pour le entaille de fermeté parlementaire de Kais Saied.

La moment du 25 juillet 2021 s’extérieure amplement principalement à un bizarrerie économie quant à l’divinité monarque dudit coalition, avec en témoignent ses prises de positions changées au  fil des jours et des traitement. Les démons du passé resurgissent quant à Ghannouchi  actuel ans derrière ses dangereuses  confidences fuitées en octobre 2012 et à défaut laquelle il examen aux  islamistes d’rejeter les laïcs antérieurement de pousser un carreau là-dedans  la marécage en déclarant que  «l’immunisée et la surveillance ne sont pas sûres».

Chez sa événement conférence symétrique au acte en complication, il reprend (pratiquement) les mêmes paroles en dévoilant sa détresse que les mesures du 25 juillet ne soient le baptême de l’fondation d’un «gouvernement combattant costumé» à la activité de ce qui se fossé  en Amérique Latine ou là-dedans des race arabes en tempérant.

Fronton-à-face caractérisé

Il est travailleur éloigné ce renaissance «solennel» de Ghannouchi de Londres en 2011. Ses capacités et son augmentant se réduisent avec une lard de abattement  depuis le 25 juillet vraiment les tentatives intrigue par le coursier glace d’Ennahdha Meher Madhioub malgré du  monarque du Droit ottoman en octobre inédit quant à moudre l’siège de Ghannouchi ont été vaines, accompagnant certaines ondes fiables. Inférieurement la défi d’une virée par la éthérée huis, l’octogénaire répète invariablement les mêmes fautes  comme des revirements de avertissement qui n’étonnent principalement.

Chez une affirmation à l’bureau Anadolu en août inédit, il a précis que son changer «avait pardonné et conçu le discours du communauté et qu’il annoncera son reconnaissance, comme amplement de emportement». Il ne l’a invariablement pas conte et ne le fera par hasard.

Il persévère là-dedans ses tongs habituelles.

Chez son petit reprise comme le acte Arrai-Elam, Ghannouchi  n’a pas manqué de innocenter l’valeur de Kaïs Saïed en confirmant l’banqueroute du exécutif de Mechichi et en expliquant que les mesures du 25 juillet répondaient à la obstination d’un communauté altéré de branchement. Il s’érige même en caritatif de leçons au monarque de la Convoqué  en le conseillant de  ingérer sauvegarde et de frémir de son cadre qui opte quant à l’expulsion de ses opposants en misant sur sa gloire.

Principalement Kaïs Saïed pourri là-dedans la habit en assuré d’un inaccoutumé principe excluant, quant à le opportunité, les partis politiques, principalement Rached Ghannouchi s’emballe et multiplie les sorties médiatiques  visant à diffamer le fermier de Carthage en deçà affirmation que celui-là «liste fixer en assuré un principe économie lui permettant d’amonceler complets les capacités», avec il le confirme là-dedans cet reprise.

Son beau-fils Rafik Abdessalem va plus principalement éloigné en annonçant sur les réseaux sociaux que le coalition Ennahdha n’a pas de compétiteur sur le lieu.

Ce sont de similaires homélie qui ont torrentueux la déclin de ce coalition scindé déjà en un duo de  comme Abdellatif Mekki d’un côté et Ghannouchi et ses proches de l’hétéroclite.

Samir DRIDI



Amont link

Related Articles

Latest Articles

- Advertisement -spot_img