Edith Piaf Drogue Alcool

Edith Piaf Drogue Alcool
Edith Piaf Drogue Alcool

Edith Piaf Drogue Alcool

Mais Paris, c’était là où elle avait éclos, elle ne pouvait pas mourir ailleurs », confiera Robert Belleret, l’auteur de la biographie « Piaf, un mythe français ». Le monde vient de perdre une icône de la chanson française. Édith Giovanna Gassion naît le 19 décembre 1915 à Paris, à l’hôpital Tenon, mais la légende voudrait qu’elle ait vu le jour sur un trottoir de la rue de Belleville, face au numéro seventy two.

Célébrissimes l’un et l’autre à cette époque, mais dans des domaines très différents, Piaf et Cerdan vivent leur relation sans aucune rivalité. Pour lui, elle écrit avec Marguerite Monnot “L’Hymne à l’amour”, un de ses titres les plus connus et les plus chantés. Piaf est maintenant une artiste qui maîtrise parfaitement son artwork et son personnage. Forte de son expérience et de son succès, elle en fait profiter tous ceux qui selon elle, le méritent. C’est ainsi, que lorsqu’elle rencontre le jeune Yves Montand à la fin de l’été 1944, non seulement elle tombe amoureuse de lui, mais elle prend en charge toute sa carrière, du répertoire à sa garde-gown. Henri Contet lui écrit des titres que Montand chantera toute sa vie tels “Battling Joe” ou “Luna park”.

Amoureux de Piaf, ce dernier insiste pour lui faire écouter “Mon légionnaire” sur une musique de Marguerite Monnot, qui sera l’amie d’Edith jusqu’à la fin de sa vie. Il devient son auteur attitré, son amant et son coach vocal. En janvier 1937, Edith enregistre “Mon légionnaire”. “La Môme” n’est plus, ce sont les premiers débuts d’Edith Piaf. Puis, son père revient la chercher et c’est l’arrachement à ce semblant de stabilité.

J’en ai aimé certains sans pour ­autant croire que la politique pouvait changer les choses, comme de Gaulle, Chirac ou Sarkozy. Je me fous du fait qu’il n’est pas populaire en ce moment, je ne vous parle pas du président mais de l’homme. Nous, les ­artistes, quand on entre en scène, les gens nous aident et on a le temps ­d’apprendre notre métier.

En 1936, elle a 21 ans, elle porte une frange rebelle, son oeil a l’air poché sous le fard ; elle a le regard en coulisse, la bouche de guingois, les yeux plissés, malins, éteints et soudain perçants. Enfant, elle fut aveuglée par une kératite mal soignée – elle aurait été guérie de cette cécité passagère grâce aux prières à sainte Thérèse de Lisieux de sa grand-mère, Louise Léontine, qui tenait une maison shut à Bernay. Sur France three et TF1 , deux portraits intimes de la Môme, décédée il y a cinquante ans. Bossue, se déplaçant avec difficulté, Edith Piaf est au plus mal. On lui présente Charles Dumont compositeur et Michel Vaucaire parolier pour le célèbre “Non, je ne regrette rien”. ” Vous êtes exactement ce que j’attendais.” Lors de son retour à l’Olympia avec ce titre, elle revoit Raymond Asso.

Elle n’a rien d’une star moulée dans une robe de lamé, mais elle est Paris, elle est la France joyeuse, gouailleuse, malheureuse, éternelle. L’Amérique, c’est-à-dire le monde entier, chante « La vie en rose ». En 1961, elle revient néanmoins sur scène pour sauver la célèbre salle parisienne, l’Olympia, de la faillite. Elle y livre son dernier testomony “Non, je ne regrette rien” et, épuisée, s’écroulera sur scène à de multiples reprises. À l’été 1961, elle rencontre le dernier homme de sa vie, Théo Sarapo, un jeune chanteur grec de 26 ans. Edith Piaf décède le 10 octobre 1963 dans sa résidence du sud.

Mais c’est une femme brisée par le chagrin qui naît ce soir là et le désespoir, mué en dépressions chroniques, ne la quittera plus jamais. Cependant, le destin la rattrape une nouvelle fois lorsque Louis Leplée est murdereré. Ce fait divers, relayé dans la presse de l’époque, ternit un temps la carrière d’Edith. Elle ressort profondément meurtrie de cet épisode mais se relève pourtant. Sa rencontre avec Raymond Asso lui redonne de nouveaux espoirs.

edith piaf drogue alcool
Edith Piaf Drogue Alcool

Grâce à une mélodie entêtante et des paroles simples, son succès dépasse les frontières et traverse l’Atlantique. En 1948, alors que sa tournée est un triomphe total à New York, la chanteuse rencontre le boxeur français Marcel Cerdan. Ensemble, ils vivent une histoire passionnelle… jusqu’à ce fameux 27 octobre 1949. Née d’un père contorsionniste et d’une mère chanteuse, Édith Piaf [Édith Giovanna Gassion de son vrai nom, ndlr] ne connaît pas une enfance ordinaire. Très tôt, elle doit faire face à la solitude lorsqu’elle se voit confiée à sa grand-mère maternelle, sa mère ne pouvant pas s’occuper d’elle, puis à sa grand-mère paternelle, patronne d’une maison de tolérance.

edith piaf drogue alcool
Edith Piaf Drogue Alcool

Si la jeune femme se montre forte sur scène, en coulisses, elle est rattrapée par ses vieux démons. Bercé par « La Vie en rose », « La Foule » ou « Milord », le public voit disparaître une icône de la chanson française. Une Môme à la voix exceptionnelle appelée Édith Piaf. Désormais sa carrière s’articule entre Paris et New York.

C’est grâce au métier qu’Edith revient à la vie, notamment lors de sa rencontre avec son public à l’Olympia en 1955. Elle repart à l’assaut des États-Unis, jusqu’à la mythique salle du Carnegie Hall de New York, où elle est accueillie avec émovement. En 1957, elle fait une ultime remedy de désintoxication à New York qui la débarrasse de ses vieux démons. La même année, Edith Piaf signe l’un de ses plus grands tubes, “La foule”, inspiré de “Que nadie sepa mi sufrir”, un morceau d’Enrique Dizeo qu’elle avait rencontré lors de sa tournée en Argentine.

edith piaf drogue alcool
Edith Piaf Drogue Alcool

C’est à ce moment-là que Georges Moustaki entre dans la vie d’Edith Piaf. Il lui fait écouter quelques unes de ses compositions mais, déstabilisé, joue de manière lamentable. Piaf persévère en lui proposant de venir la voir lors du récital qu’elle joue le soir même. Ils seront amants pendant plus d’un an et vivront une passion tumultueuse. Le parolier lui écrira plusieurs titres de son répertoire dont le célèbre “Milord”, parue en 1959, sur une musique de Marguerite Monnot.

edith piaf drogue alcool
Edith Piaf Drogue Alcool

Sa mère, Anita Maillard, dite Line Marsa, d’origine italo-kabyle, chanteuse, alcoolique, est incapable de prendre soin de sa fille. Son père, Louis Gassion, acrobate antipodiste, est mobilisé et ne peut s’occuper de son enfant. Édith passe ses premiers mois à Barbès, chez Aïcha, sa grand-mère maternelle, qui la nourrit de biberons de vin rouge. Elle rejoint sa grand-mère paternelle, tenancière d’une maison shut à Bernay, en Normandie, et y reste plusieurs années, choyée par les prostituées et nourrie à sa faim.

Written by je suis beau

Distributeur Argent Le Plus Proche

Distributeur Argent Le Plus Proche

Dans Les Oubliettes Mots Fléchés

Dans Les Oubliettes Mots Fléchés